Innovation, enseignement, et numérique

Le 12 avril 2019, nous avons participé à la journée d’étude hors les murs du séminaire de l’EHESS Éducation, innovation et société, « Formation professionnelle des enseignants et numérique ».

Le séminaire Éducation, Innovations et Société se décline sur huit rencontres annuelles depuis février 20171. Il est soutenu par le laboratoire IRIS et organisé par Pascale Haag (Maître de conférences à l’EHESS), Muriel Epstein (ATER à l’ESPE Aix-Marseille) et Lou Aisenberg (analyste à l’OCDE). Il ambitionne de questionner la notion d’innovation pédagogique à travers les réflexions des différents acteurs de l’éducation, dans le contexte d’un « malaise grandissant » qui « affecte tant les élèves, que les enseignants, ainsi que la classe politique et la société civile », et où les outils et les pratiques numériques apparaissent comme de potentiels initiateurs de changement. Pour Pascale Haag le séminaire s’inscrit dans un processus de recherche-action, pour la fondation d’une pédagogie appuyée sur la recherche.

Par rapport aux autres rencontres du séminaire, cette journée a un format particulier compte-tenu de sa durée, du plus grand nombre d’intervenants réunis, et de sa situation : elle s’est tenue au “Lab 110bis”, dans les locaux de l’Éducation nationale, rue Bellechasse à Paris.

Pour introduire cette rencontre, l’analyste de l’OCDE Tracey Burns a présenté plusieurs rapports statistiques, esquissant ainsi les enjeux de l’innovation pédagogique pour l’avenir et à l’échelle du monde : les bouleversements de l’ordre économique mondial, les changements climatiques, les pratiques numériques des jeunes, le manque grandissant de personnels enseignants ont été exposés pour « aider les ministères, enseignants, étudiants à penser de façon stratégique ». C’est finalement la question du numérique entendu comme un outil dont se dote l’enseignant pour améliorer sa pratique, qui s’est posée au fil des interventions suivantes, et ceci selon deux orientations : plusieurs ressources pédagogiques numériques destinées aux apprenants, et œuvrant potentiellement à une évolution positive de la pratique enseignante, ont été présentées ; d’autres dispositifs numériques plus spécifiquement destinés au développement professionnel des enseignants ont aussi fait l’objet d’ateliers, et de présentations plus ou moins participatives.

Suivant la première orientation, Gaele Regnault est une entrepreneure qui a présenté les manuels scolaires en ligne LearnEnjoy, qu’elle a initialement conçus pour soutenir l’apprentissage des élèves autistes : il s’agit d’exercices conformes aux programmes scolaires français mais suffisamment détaillés pour permettre un accès aux compétences différentié, et une évaluation des progrès détaillée. En fin de journée, Patrice Renaud a exposé les exigences d’accessibilité aujourd’hui imposées par le ministère de l’Éducation nationale aux éditeurs de ressources pédagogiques numériques. S’inscrivant dans le projet de « l’école inclusive »2, ces deux initiatives ont été présentées comme œuvrant pour un apprentissage différentié, et comme propices à soutenir les enseignants dans leurs classes.

Suivant la seconde orientation, Joris Renaud a présenté l’association Eduvoices, et la plateforme Internet du même nom, « réseau de communautés d’enseignants » « permettant […] de se retrouver pour s’inspirer et échanger sur des pratiques pédagogiques », Nicolas Leyri la version beta du site de partage de contenus vidéo Classes à 12, mis en œuvre par le ministère de l’Éducation nationale. Une démonstration participative de la méthode de formation théâtre forum a été proposée par Happi-Sup, un réseau de formateurs des enseignants du supérieur, sur la question de la mise en œuvre de classes inversées à l’université.

À la croisée de ces deux orientations, la plateforme Internet nationale PIX, qui est à la fois un référentiel de compétences pour les enseignements primaire, secondaire et supérieur, et une plateforme de formation au numérique pour les élèves et les enseignants, a également fait l’objet d’une présentation interactive. Une présentation de recherches-actions visant la conception de plateformes numériques, et le développement des « agir et vision » des acteurs, a été donnée par la chercheure Catherine Loisy : la recherche INO qui a été à l’origine du développement de la plateforme Pairform@nce, pour soutenir les enseignants au sujet de l’orientation des lycéens, et développer les compétences des élèves à s’orienter ; la recherche DevSup qui a permis la conception d’un programme de formation reposant sur une approche par compétence et l’introduction de nouvelles pratiques pédagogiques, accompagnant le développement professionnel des enseignants.

La forme de cette journée d’étude nous a paru particulière, tant par rapport à la mixité des intervenants (des analystes, des enseignant·e·s-chercheur·e·s, des entrepreneur·e·s des secteurs privé et associatif, des représentant·e·s de l’éducation nationale), à la mixité de son public (composé d’un coordinateur pédagogique, de doctorant·e·s, d’enseignant·e·s, d’une entrepreneuse), que par rapport à la variété des types d’interventions (des conférences, des ateliers, un théâtre forum). Une journée qui se situe donc à la croisée d’un séminaire scientifique, d’une rencontre ou d’une formation professionnelle. Plus que sur les outils et les pratiques numériques, c’est sur la pluralité du travail, la mixité des points de vue et sur la variété des formes d’échanges que l’innovation pédagogique semble ici se fonder.

1. Séminaire Éducation, Innovations et Société : Lab School Network : présentation et programme 2016-2017 ; EHESS : programme 2017-2018 ; EHESS : programme 2018-2019.

2. “L’école inclusive”, ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, mai 2017 : https://www.gouvernement.fr/action/l-ecole-inclusive