Benoît Godin, L’innovation sous tension : Histoire d’un concept, Presses Universitaires de Laval, 2017.

Question bête.

Je tape « Pourquoi faut-il innover ? » dans mon moteur de recherche – j’ai pris soin d’en choisir un qui nous garantit de planter des arbres. Résultat du clic, explosion ! En faisant défiler la page, je trouve pêle-mêle des blogs d’entrepreneurs, un compte-rendu du « Forum pour le commerce international », un article sur la prévention du SIDA ou encore un article dédié au bien-être au travail, il ne s’agit là que de la première page sur les centaines de milliers d’autres qui nous sont proposées… Au-delà de l’océan de références affichées, on est soufflé par la largeur de l’usage du terme qui navigue, tranquille, d’un article à l’autre, à l’aise dans l’entreprise, dans la médecine, l’éducation ou la politique. Plus large encore que son usage, c’est le lyrisme qui lui est associé qui frappe le lecteur, l’innovation semble être la solution ultime à tous les maux, un label œcuménique qui viendrait à bout de la totalité des problèmes actuels, quels qu’ils soient d’ailleurs, là n’est pas l’importance…

Cette « innovation » qui apparaît sur notre écran, c’est celle que Benoît Godin décrit dans son ouvrage L’innovation sous tension : Histoire d’un concept, comme une valeur en elle-même (p.13), résultat abouti d’un processus historique qu’il nomme l’épistémè de la valorisation.

Approcher l’innovation d’un point de vue historique, comme le propose l’auteur, étonne et nécessite que l’on s’interroge – candidement – sur les origines de du mot innovation, mot qui sort de plus en plus fréquemment de nos bouches. Cette seule question nous laisse pantois : avant de d’envisager quoi que ce soit, il faudrait savoir ce qu’il convient de d’envisager. Apparaît alors la vacuité du concept, ce qui met en évidence notre capacité à pouvoir penser des montagnes sur du flou. Ce vide est un des points de départ sur lesquels s’appuie l’auteur pour proposer une histoire conceptuelle du terme, plutôt qu’une histoire des innovations (p.24), sujet quant à lui extrêmement bien traité.

L’intérêt majeur de cet ouvrage – paru en anglais en 2015 – est de proposer une lecture historique du terme « innovation », entendu à la fois comme un mot, un concept et un label, permettant de combler d’après l’auteur une lacune profonde dans l’histoire conceptuelle, l’innovation y étant en effet absente. Les précautions de l’auteur à ne pas prendre parti pour une lecture uniquement conceptuelle permettent de se pencher sur une histoire sociale des usages du terme, solution plus que nécessaire au regard de la thèse défendue: envisager l’innovation comme un concept en tension.

Le retour historique sur la notion d’innovation donne une bonne partie de sa saveur à l’ouvrage : comment expliquer qu’un terme, qui ait pu par le passé pu représenter une insulte – particulièrement virulente – soit devenu en l’espace de quelques siècles, l’objet d’une vénération qui l’ait transformée en valeur indiscutable ?

Godin propose un raisonnement en trois temps assorti d’une introduction qui structurent conceptuellement et historiquement son ouvrage. L’innovation, concept contesté – c’est la thèse de l’auteur – aurait vu au cours du temps ses usages modifiés, à tel point que d’insulte elle serait passée au statut de valeur. Plébiscitant une lecture paradigmatique, Godin propose plusieurs épistémes devant constituer, à terme, la trame explicative de l’évolution du concept d’innovation.

  • Une épistème de l’interdit, qu’il date de la réforme au XIXè siècle
  • Une épistème de l’instrumentalisation qui court des XIXè au XXè siècles
  • Une épistème de la valorisation qui représente le moment présent.

Le projet entrepris par Benoît Godin n’est pas une mince affaire : tracer l’évolution des usages d’un terme et de son sens sur plus de deux mille ans requiert une solide analyse ainsi qu’une évidente modestie face à l’ampleur de la tâche, presque infinie et donc nécessairement partielle. Sur ce point, l’ouvrage est ponctué de nombreux avertissements méthodologiques qui visent à situer cette initiative dans le champ de la recherche historique et philosophique. Cette prudence méthodologique nous laisse découvrir un travail de recherche solide, un corpus conséquent (dont la centration sur la littérature française et anglaise est soulignée) et une analyse extrêmement riche et diversifiée (le premier chapitre représente un travail colossal de traduction comparative sur des sources latines et grecques, le dernier pose une analyse de la constitution des innovation studies).

De l’émergence de la Kainotomia à l’innovation : genèses d’un discours contrasté

Dans un premier temps, Godin propose d’exposer en quoi le concept d’innovation se forge à travers celui de Kainotomia, position qu’il défend à travers l’analyse des écrits politiques de philosophes classiques de la Grèce antique. Un travail approfondi sur les traductions différentes de ces textes amène l’auteur à poursuivre cette Kainotomia tour à tour chez Xénophon, Platon, Aristote, Polybe, Plutarque et Aristophane, dessinant le paysage contrasté d’une notion complexe qui devient de plus en plus péjorative en avançant dans le temps, vue comme un changement humain brutal, en opposition avec un changement naturel « graduel et continuel » (p.52).

La suite de la démonstration se poursuit dans l’antiquité romaine à travers l’analyse de la notion d’innovo et de sa genèse, transition entre la notion de Kainotomia et celle d’innovation – terme qui n’apparaît d’après l’auteur qu’au cours du XIIIè siècle (p.55). Fidèle à l’idée d’une lecture sociale des usages du concept, Godin analyse les usages du terme à l’aune de son développement au sein de la poésie, de la vulgate, du droit dessinant une l’histoire tortueuse et contrastée d’un développement parallèle dans différents domaines qui laissent apparaître des conceptions différentes et concurrentes qui donnent à voir des usages différents et des significations plurielles.

Cette longue introduction à l’analyse paradigmatique qui constitue le squelette de l’ouvrage s’achève sur une lecture approfondie de l’oeuvre de Machiavel, sorte de commentaire du Prince et des Discours à l’aune de la notion d’innovation. S’ensuit un travail poussé sur les sources et les différentes traductions – caractéristique de cette première partie – qui mène l’auteur à soutenir la position d’un Machiavel qui voit dans l’innovation du prince la condition politique (l’innovation n’a rien à voir chez Machiavel avec l’originalité, l’ingéniosité ou encore la révolution) de la stabilité du royaume (p.101).

L’épistème de l’interdit, où l’on découvre que l’innovation fut un terme péjoratif

La seconde partie de l’ouvrage illustre le premier paradigme explicatif qu’expose Godin, l’épistémè de l’interdit. Cette seconde partie défend la thèse selon laquelle c’est à travers l’influence religieuse que le concept d’innovation revêt une première signification péjorative (Godin montre d’ailleurs à quel point il existe une histoire commune entre les termes “innovation” et “hérésie” durant la Réforme). L’innovation est alors une insulte que s’envoient à la figure les religieux pour dénoncer la trahison et le désordre que produisent les “innovateurs”. Ce travail s’appuie notamment sur les controverses qui émaillent les rapports entre protestantisme et catholicisme mais également ceux propres aux protestants qui tentent de consolider une certaine orthodoxie (p.145). 

À l’inverse de l’hérésie, l’innovation jouit d’un cadre d’existence élargi, ceux de la politique et de la religion étant les deux principaux domaines d’usage. À côté de la religion, Godin propose également de considérer l’influence du politique dans la “stigmatisation” (à entendre au sens Goffmanien du terme) de l’innovation. Il s’appuie à ce titre sur la réception des penseurs du républicanisme jusqu’au XIX et à l’usage du terme innovation dans la lutte des corps politiques “traditionnels” contre l’idée républicaine. L’innovation est alors “violente”, “révolutionnaire”, “catastrophique”, comme l’illustrent les textes anti-révolutionnaires utilisés en 1789 durant la révolution Française exhumés par Godin.

Dernier élément sur lequel s’appuie l’auteur pour consolider sa première épistème, l’innovation sociale, que l’on peut entendre comme l’émergence du socialisme et de la réforme sociale (p.194) dans les sociétés occidentales au cours du XIXè siècle. 

L’épistème de l’instrumentalisation, une réhabilitation progressive

Ce second paradigme marque en quelque sorte le début de la réhabilitation du terme, une réhabilitation toute sémantique. C’est à travers l’analyse fine de l’utilitarisme de Bentham et de ses “analyses linguistiques” que Godin déduit un potentiel point de départ/résultat d’une réhabilitation de l’innovation. Bentham est en effet le premier à systématiser une critique du “label” innovation en tant que stigmate destiné à discréditer la possibilité même de discuter du changement. L’analyse de Bentham et ses nombreuses tentatives pour réhabiliter l’innovation par la dénonciation des sophismes (p.220 ; 223) achève d’exposer les fondements de la réhabilitation du mot.

Le XIXè siècle marque, à travers l’industrialisation progressive de grands pans de la société occidentale, un tournant conceptuel pour l’innovation dont le statut devient peu à peu majoritairement positif. Cette dernière se fait alors le ferment de la révolution, entendue dans un sens positif – à l’inverse de ce qui pouvait être souligné auparavant, le terme changeant lui aussi de signification au cours du temps.

Dernier point, Godin analyse le rapprochement entre science technique et innovation, qui constitue en quelque sorte le fondement du discours actuel sur l’innovation. En effet si cette association va de pair aujourd’hui, Godin montre au prix de quels exercices de réthorique cette association passe du domaine du pêché a celui du positif. Perdant peu à peu sa dimension politique le terme d’innovation fait son entrée dans le domaine des sciences. 

L’épistème de la valorisation, ou l’innovation comme valeur en elle-même

C’est au final assez récemment que l’innovation se lie – sémantiquement parlant – à un autre serpent de mer philosophique, le progrès et ceci par l’intermédiaire de l’économie, accentuant par-là sa dimension positive. C’est également depuis peu que le terme revêt – dans son usage commun – une signification floue, “qu’il défie la définition” (p.354), tout en désignant indifféremment ce qui est nouveau, ce qui, comme l’auteur le souligne, entraîne à laisser celui qui lit le mot à y comprendre ce qu’il veut…

L’auteur s’interroge ensuite sur le fait que parmi les mots qui désignent la nouveauté, l’innovation ait indiscutablement surpassé la concurrence. Il souligne alors la dimension perfomative du terme – qui ne manquera pas de nous rappeler les saillies de la philosophie postmoderne – permettant d’englober à les aspects “pratiques” de la recherche, les modalités de son application. Reprenant Ron Harris, l’auteur insiste sur le fait que l’innovation est devenue une supra-catégorie, elle permet de supplanter l’opposition recherche fondamentale/recherche appliquée en la substituant par une nouvelle dichotomie entre recherche (fondamentale) et innovation (p.372), ce qui en revient, d’après l’auteur à passer d’une opposition dans la recherche à une opposition entre recherche et société

Dans un dernier temps Godin propose de regarder du côté des innovation studies, mouvement d’analyse de l’innovation qui naît en Europe dans le courant des années 70 envisageant la commercialisation comme élément caractéristique de l’innovation ( à la différence de l’invention qui ne serait qu’une idée à matérialiser) et l’échelle des politiques publiques nationales comme degré pertinent d’analyse. Au delà du cadre d’analyse nouveau qu’il introduit à côté de la tradition américaine néo-classique, ce courant est surtout celui qui consacre Schumpeter comme “père des analyses sur l’innovation”, occultant sur son passage les autres influences qui le constituent et le rôle de caution qu’il joue dans un courant d’analyse dépourvu de système conceptuel (p.403).

En bref

L’ouvrage de Benoît Godin est une contribution significative à l’histoire conceptuelle. Comme c’était souligné en introduction, le terme d’innovation brille à la fois, dans son usage quotidien, par sa vacuité et sa consensualité. A ce titre, le livre à le mérite de poser de solides jalons qui permettent d’envisager une approche critique renouvelée dans les différents travaux académiques qui traitent de l’innovation, en particulier dans les domaines où celle-ci semble encore neuve (nous pensons à l’innovation pédagogique par exemple). Il permet également de lire à nouveaux frais un terme placé dans une progression historique complexe et non linéaire qui permet de livrer une définition déductive de l’innovation qui se caractérise par : 

  • Sa normativité: l’innovation est forcément bénéfique, elle est positivement univoque
  • Sa performativité
  • Son utopisme: l’innovation est une panacée abstraite, antihistorique et déconnectée de l’étude des problèmes sociaux.
  • Sa centration sur l’économie et l’industrie

Au départ assez descriptive, la contribution de Benoît Godin arbore une tonalité critique – exacerbée par la lecture de l’innovation comme concept sous tension – qui, par le paysage historique qu’elle dessine, prend le contrepied de la majorité des analyses contemporaines sur l’histoire des innovations.