Compte-rendu du séminaire #1: L’innovation pédagogique, une notion en question(s): approches critiques et historiques d’une notion.

C’est avec beaucoup de générosité que Françoise Cros est venue nous parler ce mardi 9 avril 2019 à la Maison des Sciences de l’Homme de Lyon-St Etienne, de l’innovation en éducation et en formation. Elle s’est attachée à essayer de définir cette notion dont l’usage a évolué au gré du temps, suscitant tour à tour crainte et/ou passion.

Si l’innovation aujourd’hui suscite l’emploi de qualificatifs positifs et est considérée selon l’auteure comme un « lifting social », permettant d’améliorer l’existant, cela n’a pas toujours été le cas. En effet, aux XVème et XVIème siècle, des textes de Descartes et Pascal faisaient état d’une réticence à l’idée d’innover, perçue comme une menace à l’équilibre de la société. Il faut attendre l’apparition du protestantisme et le développement de la lecture et de l’écriture, pour que cette perception change, le réformisme permettant aux individus de penser par eux-mêmes et d’interpréter librement les textes religieux. Ce changement paradigmatique inscrit ainsi l’innovation dans une perspective individualiste et en fait une idée centrale des sociétés capitalistes de l’après-guerre (1945), qui s’en servent pour créer des besoins et faire fructifier leur économie. L’innovation a donc selon Françoise Cros, des origines à la fois religieuses et économiques.

Parler d’innovation c’est se confronter selon elle à une multitude de définitions, variant plus ou moins selon les usages. Quatre invariants permettent pourtant d’éclaircir ce syntagme : l’idée de nouveauté, la valeur qui lui est associée (idée de meilleur), l’idée d’un changement délibéré et celle d’un processus dont le résultat final serait inattendu. L’auteure fait la différence entre l’innovation et l’invention, l’innovation étant une appropriation sociale de l’invention et contenant en son sein de la créativité. Cette créativité, concentré d’expertise, de capacité de pensée créative et de motivation, est soumise au contexte et aux dispositions psychiques de ceux qui la reçoivent. L’idée de créer des classes multi-âges par exemple n’est créative et innovante que par rapport à notre système traditionnel d’enseignement où l’âge fait référence en matière de niveau scolaire. Or, il s’agit d’une idée qui n’est pas nouvelle puisque jadis l’enseignement mutuel faisait déjà office d’innovation pédagogique. Françoise Cros constate par ailleurs que l’innovation, une fois qu’elle est diffusée, est « institutionnalisée » mais que cela prend du temps.

Elle note également que l’innovation, en fonction des changements qu’elle opère, peut être incrémentale (changement minime), de rupture (changement radical) ou frugale (reconfiguration de l’existant). Deux types d’innovations peuvent alors être identifiées, l’innovation techno-économique liée à un objet et l’innovation sociale permettant la création de nouveaux services. Pour l’auteure, l’innovation pédagogique est souvent une innovation sociale avec pour finalités par exemple les enjeux de la citoyenneté ou la construction de l’humain, des fonctions de socialisation et d’acquisition de connaissances et compétences, où les acteurs impliqués sont multiples. En éducation, la ludification, les outils numériques, la simulation émotionnelle et tout ce qui permet de favoriser la motivation des apprenants, constituent des innovations. Force est de constater que certaines pourtant n’entreront pas dans les usages, comme le cartable numérique par exemple.

Françoise Cros remarque que les représentations ministérielles de l’innovation pédagogique ont évolué au cours du temps. Traitée comme un objet marginal de 1960 à 1980, elle est ensuite apparue comme un processus jusque dans les années 2000, puis la notion de compétences professionnelles a émergée, pour devenir un outil de régulation sociale jusqu’en 2017. Aujourd’hui il semblerait qu’elle soit adossée à la recherche et que pour être innovant il faille apporter la preuve scientifique de ce que l’on avance.

Enfin, l’auteure identifie quatre types d’attitudes face à l’innovation: ceux qui se contentent de faire des propositions, des rapports, les « y a qu’à faut qu’on » selon ses mots, ceux qui mettent systématiquement en avant l’exception culturelle française, les systémistes dont l’approche macro est trop réductrice, et enfin les hérauts de l’innovation, zélés et soutenus par l’administration, convaincus que ce qu’ils font est « génial ».

Françoise Cros nous permet ainsi de mieux cerner ce concept dont le caractère créatif et novateur doit toujours être considéré du point de vue des références sociohistoriques et culturelles des individus, et donc être recontextualisé.

Ce n’était pas avec moins de générosité que Stéphane Simonian nous a apporté sa définition d’innovation pédagogique à partir d’une question : Pour quelle raison l’innovation instrumentale peut-elle être considérée comme le corolaire de l’innovation pédagogique ? Selon lui, l’utilisation des instruments ne promeut pas l’innovation pédagogique. Il y a toujours un décalage entre le projet politique et ce qu’en font les acteurs. Ce décalage est aussi lié à la temporalité. De cette façon, Stéphane Simonian défend la thèse suivante : innover est un processus historique et lent, c’est le fruit d’une histoire culturelle et sociotechnique.

L’innovation instrumentale a trois présupposés, 1) elle révèle un savoir didactique et savant, lorsque l’instrument mobilisé répond à une activité d’enseignement. 2) il s’agit d’un instrument de mesure créé par l’être humain pour mesurer quelque chose qui n’existe pas. Donc, l’idée est de savoir ce que mesure un instrument et la nouvelle compréhension du monde proposé. 3) l’être humain s’inscrit dans une histoire de la compréhension du monde et il peut être source d’innovation. Prenons l’exemple de la calculatrice : sa fonction instrumentale est de calculer, mais pour calculer, il a fallu passer par toute une période de la civilisation qui s’est mise d’accord là-dessus, ce que nous révèle la dimension sociale d’un instrument : le fait de se mettre d’accord autour d’un système de pensée, ce qui représente une dimension paradigmatique qui conditionne les modes de vie. Ainsi, les instruments sont la validation d’un système de pensée et des modifications d’ordre culturel, social et paradigmatique.

L’instrument n’existe que par volonté politique, il y a une organisation humaine qui permet l’existence et l’acceptation du numérique par exemple. Donc, la société doit être préparée pour l’introduction d’un nouvel instrument. Ce temps de « préparation » crée un décalage entre le moment où le besoin d’innover émerge et celui où l’innovation arrive.

Si on étudie l’instrument de façon isolée, on n’arrivera pas à produire de l’innovation pédagogique. L’instrument, pour être considéré comme innovant, doit avant tout répondre à un besoin. De plus, l’instrument doit être libre d’une hiérarchie, car la hiérarchie restreint notre capacité à innover, parce qu’innover est pouvoir agir sur son environnement, autrement dit, l’innovation découle de l’action que le sujet fait de l’instrument.

Au-delà de faire, innover c’est penser. La connaissance n’est pas dans l’usage de l’instrument, mais dans les potentialités perçues dans l’instrument. Innover pédagogiquement c’est être capable de créer des situations ou de savoir quel instrument utiliser en chaque situation pour répondre aux besoins. Ainsi, l’utilisation d’un instrument présuppose des savoirs périphériques. C’est pour cela que dans l’innovation technique il y a toujours le besoin d’une innovation pédagogique dans le sens de favoriser l’apprentissage de savoir périphérique. L’innovation pédagogique c’est savoir coopérer et organiser autour de l’instrument dans l’éducation.

Nous avons un rapport culturel et social avec l’innovation pédagogique. L’innovation existe quand le sujet est libre d’agir sur son environnement. Ce rapport n’est jamais direct. Il dépend des connaissances, des croyances, de la capacité d’agir sur le monde et de la capacité d’un groupe d’humains de s’organiser autour d’un instrument ou d’une activité. Le concept d’affordance signifie « se permettre à soi-même quelque chose » ; innover c’est donc s’autoriser à agir, à partir de la perception de la potentialité d’un outil. Cela participe à notre développement sociocognitif. L’affordance c’est être capable de percevoir les potentialités d’un outil ou d’instruments pour l’utiliser quand et comment on a besoin dans un contexte.

En synthèse :

  1. L’innovation ne se décrète pas – elle est le fruit d’une évolution et d’un construit historique, socioculturel et sociopédagogique.
  2. Il faut comprendre les raisons et les conditions qui permettent l’innovation (politique / institutionnelle)
  3. L’innovation est un processus (et non une procédure) qui permet de penser notre rapport au monde et de trouver sa place, d’agir sur le monde et de construire des dimensions symboliques. L’innovation se construit aussi en situation face à l’imprévu.
  4. Innover est transformer son environnement. L’approche par l’affordance suggère un processus de transformation de l’environnement pour évaluer si les instruments d’innovation concourent ou non au développement humain. Le cas échéant, l’innovation peut être contreproductif, diminuant l’accès au savoir, favorisant les inégalités sociales.

Stéphanie REYSSIER et Gabriela ABUHAB-VALENTE