Pérégrinations au sein du monde des innovations pédagogiques dans l’enseignement supérieur – CEP 2019

Le 24 mai dernier, nous avons eu l’occasion d’assister au Colloque Évolutions Pédagogiques 2019 organisé à l’Université Claude Bernard Lyon I et d’y présenter le laboratoire junior UCIP. L’objectif annoncé de ce colloque était de tenter de recenser les pratiques et recherches innovantes dans la pédagogie de l’enseignement supérieur au sein du site de l’Université de Lyon.

Christelle Lison de l’Université de Sherbrooke, spécialiste de l’enseignement dans le supérieur et formatrice d’enseignants du supérieur, a ouvert cette journée en exposant ses questionnements sur les mythes et réalités afférentes à « l’apprendre » et à « l’enseigner ». Elle a rappelé que la majorité des étudiant.e.s d’aujourd’hui n’intégraient pas l’Université pour les mêmes raisons que celles de leurs aînés et qu’ils recherchaient avant tout un développement personnel et professionnel. Ce faisant, ces nouveaux étudiants, correspondant aux « atypiques d’autrefois », étaient la norme d’aujourd’hui. Ce changement de paradigme créerait, d’après elle, une sorte un trouble épistémique remettant en question les positions de « sachant » et « d’apprenant ». Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, aurait précipité cette mutation, révolutionnant ainsi le rapport aux savoirs. Par ailleurs, les recherches récentes en stratégies d’enseignement et d’apprentissage (Viau, 2013), montrent l’importance d’un alignement techno-pédagogique de la part de l’enseignant, « donnant ainsi les règles du jeu » à ses étudiants et la nécessité d’une connaissance des concepts de motivation, de volition et des stratégies d’autorégulation pouvant être mise en place par l’apprenant. Le but ici est de favoriser le conflit sociocognitif, l’autonomie, la collaboration, et de maintenir l’engagement dans la tâche. Elle conclue en montrant que cette évolution des « sachants » s’est accompagnée de fait d’une évolution des pratiques et de l’Université d’une manière générale.

En dehors des deux conférences introductives et conclusives, le colloque était organisé sous la forme de plusieurs ateliers au rythme relativement soutenu. Devaient se succéder entre 5 et 6 communications par créneau d’une heure incluant la discussion des exposés, ce qui, montre en main, enjoignait les communicants à développer un propos nécessairement synthétique. Ce rythme effréné – stigmate d’un colloque fortement plébiscité par les enseignant.e.s chercheur.e.s – joue des avantages et des inconvénients d’une forme mettant l’accent sur la quantité des communications, en conclusion pas toujours accessibles aux non-spécialistes des disciplines invoquées et pas toujours suffisamment développées – le temps de questions servant majoritairement à éclaircir un propos qui n’a pas pu l’être pendant le temps de la communication.

Le premier atelier fût consacré à l’autonomie, la motivation et la coopération dans l’enseignement. Le département Génie Mécanique et Productique de l’IUT Lyon 1, a présenté à cette occasion les nouvelles pratiques pédagogiques mises en place comme l’amphithéâtre inversé, l’utilisation en cours de boîtiers électroniques et le recours en cours de TD à la réalité augmentée, changements qui auraient faciliter l’apprentissage et permis une meilleure remédiation par l’enseignant. Puis l’Ecole Centrale de Lyon est venue présenter l’approche par puzzle sur Moodle, très proche de l’approche par projet, qui favorise l’implication des apprenants mais qui est très chronophage et pour laquelle Moodle n’est peut-être pas le plus adapté en termes d’ergonomie. Des enseignants en Master de Physique sont ensuite intervenus sur la pédagogie inversée qui avait été mise en place en cours et sur ses effets positifs en terme d’engagement dans la tâche. Ils notent néanmoins qu’elle nécessite un gros travail préparatoire en amont, et que tout inverser n’est pas souhaitable, 50% sembles en effet suffisants. Enfin, un enseignant a présenté les bénéfices de l’évaluation par les pairs dans un cours de Master en Biochimie-Biologie à Lyon 1, et montré que les étudiants qui s’initiaient à la recherche sur un thème de leur choix, à l’aide de grilles critériées mises à leur disposition, développaient des soft skills et des capacités d’autoévaluation, mais aussi montraient un plus grand engagement dans la tâche.

L’atelier suivant « transmettre des compétences transversales », nous a permis de présenter le laboratoire junior, ses objectifs de socialisation et de professionnalisation, mais aussi de développement de soft skills, indispensables pour « l’après-thèse » des doctorants et leur insertion professionnelle à venir. Le public, essentiellement constitué d’enseignants chercheurs, n’était peut-être pas assez sensible à notre démarche puisque seule une question a été posée -« l’initiative de ce laboratoire vous a-t-elle été imposée ? »- question à laquelle nous avons répondu qu’elle était le fruit de doctorants motivés par l’envie de mieux se former. Néanmoins notre intervention a questionné et des enseignants sont ensuite venus nous demander des compléments d’informations pour présenter la démarche à leurs étudiants.

Les ateliers de l’après-midi étaient consacrés aux approches ludiques et immersives dans l’enseignement. Le jeu et ses bienfaits pour la cohésion de groupe et l’apprentissage ont été présentés, d’autres enseignants ont abordé le thème de la ludification ou comment « gamifier facilement ses enseignements ». D’ailleurs cet atelier a fait l’objet d’un débat puisque les recherches actuelles montrent la nécessité d’une ludification adaptative au profil des apprenants, ces derniers n’ayant pas la même sensibilité aux mécaniques ludiques pouvant être proposées. Enfin, l’approche par projet sous forme de bootcamp, les résolutions de problèmes l’analyse réflexive sur les formulations d’énoncés ont été présentés, tous ayant pour objectif de développer des soft-skills et de favoriser les apprentissages profonds.

Nous avons également assisté aux ateliers « réalités virtuelles » et « nouveaux outils pédagogiques » qui ont permis aux communiquants de décrire le développement et l’usage de modes de représentation du réel s’appuyant notamment sur le principe de réalité virtuelle. Des exposés à la fois courts et complexes – parfois complexes à comprendre lorsque l’on se situe en dehors du champ concerné – ont permis de mettre en lumière les principaux apports (visualisation et immersion) et difficultés (coût, compatibilités, plateformes) pédagogiques liés à la réalité virtuelle.

La journée s’est conclue par l’intervention d’Eric Mazur, professeur de physique à l’Université d’Harvard et également auteur d’ouvrages remarqués sur ce qu’il est convenu d’appeler en France la « classe inversée ». L’intervention de Mr. Mazur, visiblement rodée – en témoignent les nombreux « tours » de sa présentation – a été l’occasion pour lui d’illustrer son parcours et les raisons pour lesquelles la nécessité de repenser la pédagogie universitaire s’est peu à peu imposée à lui. L’exposé était clair, sérieusement argumenté, ponctué d’épisodes de vulgarisation scientifique et étayé de jeux de question-réponse/expérimentations avec le public rendant son propos d’autant plus percutant. Le ton de l’exposé, tantôt professoral, tantôt humoristique, rend la présentation agréable et en fait oublier la longueur. Si le parcours pédagogique de Mr. Mazur, tel qu’il le narre lui-même, semble être l’histoire heureuse d’un expérimentateur qui tâtonne et tente de se figurer ses problèmes pour en arriver à une sorte d’eurêka salvateur, on regrettera l’absence de liens explicites – la ficelle étant pourtant évidente – avec les psychologies du développement du début du XXè siècle (Piaget, Vigotsky) et aux philosophies nord-américaines (surtout Dewey), liens qui en l’état resteront incompris auprès d’un public a priori éloigné de ces domaines de recherche.

En bref, le CEP 2019 illustre l’effervescence certaine du monde de la pédagogie du supérieur, à l’image de son public – nombreux – et des différentes expérimentations qui y sont menées. Il témoigne également, pour celles et ceux qui n’y sont pas familiarisé.e.s (comme nous l’étions) du véritable intérêt que portent les enseignant.e.s chercheur.e.s en sciences dures/exactes à la pédagogie, ses dispositifs et aux discours qui lui sont rapportés. A ce titre, notre retour du CEP pose une tension : celle d’un lien à interroger entre la pédagogie, entendue comme réflexion sur le sens et les moyens de la transmission – à l’instar de la « théorie pratique de l’éducation » défendue par Durkheim (1938) – et l’innovation, entendue comme valeur en elle-même (Godin, 2017), tension qui se dégage du grand nombre d’expérimentations pédagogiques présentées (notons que si le terme innovation n’est pas mentionné dans le titre du colloque il foisonnait dans les communications et les discussions) et des multiples finalités – parfois contradictoires – qui en ressortent.

Stéphanie Reyssier et Joris Cintéro