Retours sur la journée Jeunes Chercheur.e.s du REF 2019

Ce texte propose un rapide compte-rendu des conférences plénières de la journée Jeunes Chercheur.e.s du REF 2019, qui s’est tenue le 8 juillet 2019 à l’ENSFEA Toulouse. Celles-ci ont pris la forme d’interventions croisées de deux « grands témoins », Danièle Périsset (PU LIFE, Université de Genève) et Jean-Luc Rinaudo (PU CIRNEF, Université de Rouen Normandie), suivies et/ou entrecoupées d’échanges avec la salle. Cette interactivité, appréciable et appréciée par les présents, m’oblige ici à une restitution non-linéaire de ces séances, dans lesquelles j’essaye néanmoins de préserver autant que faire se peut la cohérence globale de ces riches moments. 

Regards contemporains sur la diversité de la Recherche francophone en Éducation et Formation

Danièle Périsset prend la première la parole et propose une présentation rapide du parcours de Jean-Luc Rinaudo, d’instituteur à PU en passant par des travaux de recherche sur l’informatique (pour en savoir plus sur ce chercheur : https://1vs0.org/?page_id=416).

Elle signale ensuite sa volonté d’emprunter, dans la suite de sa prise de parole, quelques concepts et de mobiliser quelques figures qu’elle tient à expliciter et qui s’articulent autour de la notion d’étonnement : pédagogie de l’étonnement, tout d’abord, ou ce que le fait de s’étonner de ce qui nous entoure et de notre quotidien apporte à la pensée de l’éducation ; étonnement deweyen, ensuite, en lien avec la notion d’expérience, centrale chez le philosophe américain.

Danièle Périsset évoque ensuite le personnage de Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie 2017, qui se présente lui-même comme un ancien cancre, dyslexique, exclu de l’école en Suisse et ayant fait des études en Allemagne. Le CV de ce chercheur montre justement une créativité tous azimuts, miroir d’une grande capacité d’étonnement. Il est selon elle également intéressant pédagogiquement car il souligne sans cesse l’importance d’apprendre de ses erreurs, y compris via des publications, et toujours mu par un irrépressible besoin d’essayer de comprendre.

Elle conclut ce premier exposé en égrainant (par ordre d’importance) quelques thématiques qui semblent aujourd’hui centrales dans le champ des sciences de l’éducation en suisse : 1° les didactiques et les modalités d’enseignement, avec exigence de recherches finalisées, 2° les politiques éducatives et l’étude des organisations éducatives, 3° la recherche sur les processus d’évaluation et d’apprentissage, 4° les recherches participatives et les questions de collaboration, un thème « qui monte ».

Jean-Luc Rinaudo prend ensuite la parole et se livre à son tour à une présentation rapide de Danièle Périsset, d’enseignante maternelle puis spécialisée à professeure à la HEP du Valais viades travaux de recherche englobants sur la formation des enseignants, des fonctions de responsable de la revue suisse de sciences de l’éducation, des activités de formatrice d’enseignants et de directrice d’école normale dans le Valais. 

Il prend ensuite appui pour la suite de son propos sur les deux reproductions de peintures suivantes, la première récemment twittée par une internaute avec le sous-titre « Étudiant annonçant à ses parents qu’il s’inscrit en thèse », la seconde montrant une leçon d’anatomie et lui permettant de faire remarquer qu’il n’y a aujourd’hui pas ou peu d’œuvres d’arts contemporaines prenant pour thème le thésard. 

 
 

En tant que vice-président du CNU de 70èmesection, Jean-Luc Rinaudo fait ensuite un rapide « point » sur le thème des dossiers de qualification aux fonctions de maître.sse de conférence, sur la base d’environ 300 dossiers traités par année (pour environ 130 qualifiés). Il présente, à son tour, les principaux horizons thématiques des thèses récemment soutenues : enseignement/apprentissages et l’articulation des deux ; formation des adultes ; travail social et santé ; très jeunes enfants/crèches ; technologies éducatives.

TEMPS DE QUESTIONS-RÉPONSES, ÉCHANGES AVEC LA SALLE

Pourquoi un taux de qualification si faible ?

Jean-Luc Rinaudo : ne pas être qualifié ne veut pas dire avoir fait une mauvaise thèse. Certains dossiers sont hors du champ des sciences de l’éducation et de la formation. Une absence de publications dans les revues qualifiantes de la section 70 peut être « bloquant ». Certains s’inscrivent mais ne soutiennent pas à temps. Certains dossiers, enfin, sont irrecevables administrativement.

Y a-t-il des critères d’âges pour être qualifié ?

Jean-Luc Rinaudo : Non, l’âge moyen d’un.e qualifié.e en section 70 est de 41 ans. Il ne faut pas perdre de vue la spécificité des sciences de l’éducation et de la formation, qui est d’être un champ de recherche inscrit sur un champ de pratique, accueillant beaucoup de chercheur.e.s en réorientations professionnelles. 

Pourquoi avoir récemment ajouté « formation » à la dénomination du champ disciplinaire ?

Jean-Luc Rinaudo : son avis personnel est que cela peut ne pas avoir grand intérêt selon comment l’on comprend le terme « éducation », une compréhension englobante intègre déjà les enjeux de la formation. Cette question de nom pose en revanche la question plus centrale de l’identification de la discipline dans le domaine académique, comme le montre selon lui une anecdote comme celle d’une VP recherche ayant récemment confondu sciences de l’éducation et ESPE dans le cadre d’une conversation professionnelle.

Danièle Périsset :il importe également, dans le contexte helvétique, de réinscrire la question des noms dans la politique suisse et dans son cas plus spécifique dans celle du canton de Vaud. Ces noms changent en fonction des orientations politiques, ils sont des « marqueurs » nets.

Quelles frontières intérieures et extérieures des sciences de l’éducation ? Quels rapports à d’autres disciplines comme les neurosciences ? 

Danièle Périsset :les sciences de l’éducation et de la formation se sont nourries de l’enseignement mais ne s’y arrêtent pas, même si cela peut être confortable pour certains de les y réduire. À nouveau, il faut ici souligner l’importance des enjeux de pouvoir. Enfin, la possibilité parfois offerte aux chercheur.e.s par cet ancrage disciplinaire d’assumer d’être « épistémologiquement impur.e.s ».

Jean-Luc Rinaudo : difficile de fixer des frontières, les sciences de l’éducation et de la formation souffrent d’être une discipline jeune, dont beaucoup d’enseignant.e.s chercheur.e.s venaient d’une autre discipline et y restaient attaché.e.s. On y est aussi tour à tout chercheur, praticiens, décideurs, ce qui complique parfois le positionnement. 

Présentation des impressions des grands témoins à l’issue de la journée

Danièle Périsset prend à nouveau la parole en premier, et tire un bref bilan après avoir parcouru les posters rendant compte des cinq ateliers parallèles de la journée. Le point central des communications est selon elle celui du sujet et des acteurs. Les thèmes de la bienveillance et de la confiance sont également très présents, et marquent un important souci de la santé mentale et psychique des acteurs. Les pratiques collaboratives sont également à l’honneur. L’importance d’un positionnement du chercheur en équilibre entre critique et ouverture est largement soulignée. Les questions de la scientificité des résultats (par rapport aux « sciences dures » et de la prise en compte des publics (pour le lien sciences-société) sont également au cœur des échanges et des préoccupations.

Elle souhaite terminer sur un spectre de questionnements. Comment sortir du cadre, comment faire pour que la créativité aille jusqu’au fond, jusqu’au changement de paradigme ? Comment éviter la distraction mais aussi s’autoriser à des choses ambitieuses même quand on doctorant.e ? Comment appréhender l’enjeu croissant de la publication, penser les limites dans lesquelles il faut savoir rentrer (ou non). Comment trouver des équilibres successifs entre rester dans les canaux scientifiques et/ou faire un pas de côté ?

Jean-Luc Rinaudo reprend brièvement la parole pour quelques considérations lexicographiques. Il pointe une très grande présence dans les résumés analysés des termes suivants : éducation, travail, recherche collaborative, école, contexte, enfant, des termes renvoyant à une dimension de « méta recherche », et, de manière étonnante, peu de numérique. 

TEMPS DE QUESTIONS-RÉPONSES, ÉCHANGES AVEC LA SALLE

N’y a-t-il pas la scientificité, mais aussi « autre chose », qui mérite d’exister même s’il est difficile à qualifier ?

Un support artistique ne permet-il pas d’apporter une touche de subjectivité salutaire ? 

N’est-il pas pertinent de souligner que la large ouverture des possibilités ouvertes de communiquer est une richesse ? 

Comment encourager la prise de risque du doctorant ? 

Jean-Luc Rinaudo :il faut avoir conscience que, lors des campagnes de qualification au CNU, il y a 300 dossiers à traiter en 4 jours, 25 à 40 dossiers par rapporteur.e, les dossiers trop éloignés des standards habituels risquent d’être refusés. La prise de risque doit donc être maîtrisée, ou alors il faut « assurer » dans d’autres domaines (dont, en particulier, des publications ambitieuses et valorisées).

Danièle Périsset :le dispositif artistique adopté lors de cette journée a permis d’ouvrir les cœurs, de faire assumer une part de subjectivité en effet. Cela pose plus largement la question du rapport de l’humain et du professionnel. 

Jean-Luc Rinaudo :le chercheur est le premier instrument de sa recherche, et il ne faut pas sous-estimer l’importance de cet élément.

La journée se clôt sur une intervention poétique de Jean-Luc Rinaudo, qui propose un texte articulant des verbes évoquant selon lui la recherche en sciences de l’éducation et de la formation et l’ambiance du parc de l’ENSFEA, célèbre pour ses écureuils et ses sangliers. Faute d’avoir pu, en direct, noter le texte entier, je propose ci-après une liste, que j’espère exhaustive, des verbes mentionnés (dans l’ordre) :discuter, témoigner, expérimenter, innover, chercher, désespérer, renoncer, espérer, s’orienter, déambuler, chercher les bornes et les frontières, les repousser, crier, faire naufrage, se noyer, ressusciter, regarder, observer, écouter, discuter, étudier le changement, l’amener, l’accompagner, lier, délier, relier, déséquilibrer, stabiliser , évaluer, pique-niquer, déjeuner, boire du café, boire du café, créer, recréer, penser, voyager.


Ce contenu a été publié dans Rencontres, Synthèses par Camille Roelens. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Camille Roelens

ATER à l’ESPE de Valenciennes Docteur en sciences de l’éducation (thèse réalisée sous la direction de Philippe Foray à l’UJM Saint-Etienne, laboratoire ECP, école doctorale EPIC, soutenue et obtenue le 9 avril 2019). roelens.camillejean@orange.fr camille.roelens@cue-lillenorddefrance.fr camille.roelens@univ-st-etienne.fr Résumé de la thèse : Ce travail de thèse adopte le point de vue de la philosophie politique de l’éducation pour penser une métamorphose de l’autorité dans la modernité démocratique, à l’aune du principe de légitimité individualiste. Nous y prenons acte des transformations majeures ayant traversé les démocraties occidentales après 1945 et de la trajectoire de la notion d’autorité dans cette même période. Il s’agit ensuite d’envisager l’articulation syntagmatique des concepts d’autorité et de bienveillance pour en faire des moyens au service de l’autonomie des individus. Cette conceptualisation de l’autorité bienveillante permet alors de reprendre à nouveaux frais la question de l’articulation de la notion d’autorité avec le mode de positionnement dans le temps et le mode de liens entre les êtres que peuvent être ceux de la modernité démocratique, soit une refonte de la trinité romaine autorité-religion-tradition. Il devient également possible de traiter de concert les questions de la reconnaissance de l’autorité dans sa légitimité et de la contribution des relations d’autorité à la quête par chacun de la reconnaissance individuelle. Ainsi envisagée, la praxis de l’autorité bienveillante dans l’éducation peut être explorée, et sa fécondité pour faire face aux défis éducatifs contemporains être mise en lumière. Penser l’autorité en éducation comme une praxis signifie renoncer à prétendre proposer un modèle figé d’autorité, valable en tout, pour tout et pour tous. La dimension éthique de l’assomption d’une place d’autorité ne peut qu’en être renforcée. Faire de l’autonomie individuelle le but de l’éducation implique que cette éthique ne soit ni moraliste, ni paternaliste, ni abstentionniste. Mots-clés : autorité, bienveillance, éducation, démocratie, modernité, autonomie, éthique, reconnaissance. Perspectives de recherche post-thèse : Un premier axe d'investigation envisagé est de poursuivre, en sciences de l'éducation et de la formation et d'un point de vue de philosophe de l'éducation, l'analyse de la confrontation de l’individualisme démocratique contemporain avec les enjeux : - de genre (en particulier dans le cadre des processus d’individuation psychique et d’individualisation sociale) - de croyances (la question des religions mais aussi celle du crédit apporté aux sciences et à l’information) - technologiques (avec en particulier les enjeux du numérique, mais aussi ceux de la médecine de demain quant à son autorité et son éthique). Cette perspective de recherche semble conduire à de multiples interactions avec les philosophies féministes contemporaines, qui constituent également un corpus que je compte explorer et travailler (en particulier quant au questionnement sur les notions de consentement et d’explicite et dans la perspective d'une critique de la séduction comme mode de rapport interindividuel) Un second axe d'investigation envisagé est de travailler dans l'optique d'une meilleure intelligibilité de ce que l'on peut regrouper sous le terme de "culture démocratique". Cela peut se décliner dans plusieurs questionnements de recherches : - une histoire récente des idées se focalisant sur les « pensées antitotalitaires » de la démocratie après 1970 en Europe occidentale, en particulier dans la vie de revues francophones telles Esprit, Le Débat et Commentaire, en analysant leurs articulations avec la pensée éducative - un travail herméneutique sur les intercesseurs culturels que sont la BD, le cinéma et la chanson populaire, mue par des questions éducatives - un travail de philosophie politique de l'éducation et d'éthique visant à penser un monde globalisé, multiculturel et à se projeter vers l’horizon de l’interculturalité - un travail de philosophie de l'éducation autour de la notion de « culture générale" en posant la question : Quelles peuvent être les humanités XXIème siècle - un travail interdisciplinaire, centré sur les sciences de l'éducation et de la formation, autour de la notion de "médiation". - un questionnement transversal sur la pédagogie de l'enseignement supérieur ainsi que sur la place de ce dernier dans la société Publications ACL : Publications dans des revues à comité de lecture référencées par le HCERES Revues HCERES section 70, articles parus Roelens, C. (2018). Représentation du corps des héroïnes chez Jean-Claude Servais : philosophie de l’autorité et mise en scène des jeunes corps féminins, Agora débats/jeunesses, (n° 78), p. 87-105. En ligne : https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2018-1-p-87.htm Roelens, C. (2018). Pour une autorité bienveillante : quand le bien-être scolaire fait autorité ; Un paradigme de la place d’autorité : la fonction de directeur d’école publique, Éducation et socialisation (n° 47). En ligne : http://journals.openedition.org/edso/2881 Roelens, C. (2018). L’autorité formative : bienveillance et autonomie durable, Éducation permanente (n°214), p. 215-224. En ligne : http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1750&id_article=2687#resume2687 Roelens, C. (2019) L’autorité éducative : bienveillance envers l’autre, vigilance envers soi », Éducation et socialisation (n°51). En ligne : https://journals.openedition.org/edso/5585 Revues HCERES section 70, articles acceptés, à paraitre Roelens, C. (parution prévue début 2019). Victimes et structuration autonome du monde. Compréhension, autorité, bienveillance, Recherches & Éducations (n°20) Roelens, C. (parution prévue en mai 2019). Bienveillance, Le Télémaque (n°55). Roelens, C. (parution prévue en juin 2019). Vers une philosophie herméneutique culturelle de l’éducation. Fondements et méthodes d’un travail philosophique sur des bandes dessinées, Penser l’éducation (n°43) Roelens, C. (accepté, parution prévue fin 2019). Qu’est-ce que le mémoriel ? Proposition de conceptualisation à l’aune de la question de la citoyenneté démocratique, Penser l’éducation, n° 45. INT : Publication dans des revues référencées ‘interface’ par le HCERES Revues HCERES section 70 « Interface », articles parus Roelens, C. (2017). Autorité et lecture : l’accompagnement bienveillant visant à rendre auteur le sujet lecteur. Le Sujet dans la Cité, n°8, p. 151-164. En ligne : https://www.cairn.info/revue-le-sujet-dans-la-cite-2017-2-p-151.htm Roelens, C. (2018). Bulles de femmes, Les Cahiers pédagogiques (dossier « Quelles pratiques avec le livre jeunesse ? »). En ligne : https://www.cahiers-pedagogiques.com/Bulles-de-femmes Revues HCERES section 70 « Interface », articles acceptés par les coordinateurs de dossiers, à paraitre Roelens, C. (à paraitre, mai 2019). Les vertus des discussions, Les Cahiers pédagogiques (dossier « Pédagogie de l’oral ») Roelens, C. (à paraitre, septembre 2019). Indifférence paisible et indifférence pénible au miroir des droits de l’enfant, Les Cahiers pédagogiques (dossier « Les droits de l’enfant à l’école ») ACLN : Publication dans des revues à comité de lecture non référencées Parus Roelens, C. (2017). Autorité éducative bienveillante et éthique, Éthique en éducation et formation - Les dossiers du GREE (n°4), p. 92-107. En ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/ethiqueedufor/2017-n4-ethiqueedufor03626/1045191ar/ Roelens, C. (2018). La répression de la collaboration féminine sous la Libération et sa représentation dans le roman graphique francophone, The Philosophical Journal of Conflict and Violence, (n°3), p. 122-136. En ligne : https://trivent-publishing.eu/journals/pjcv2-1/09.%20Camille%20Roelens.pdf Roelens, C. (2018). Bienveillance, autorité, didactique de l’oral : rendre auteur, rendre orateur », Action didactique (n°1), p. 198-213. En ligne : http://univ-bejaia.dz/pdf/ad1/Roelens.pdf Roelens, C. (2018). Mobilités, apprentissages à distance, cultures : quels apports à la philosophie de l’autorité ? Contextes et didactiques (n°11). En ligne : http://www.espe-guadeloupe.fr/wp-content/uploads/2018/10/5_Article-Roelens_2018_11-1.pdf. Roelens, C. (2018). Cinéma, philosophie de l’autorité, neurosciences : Paradis pour tous. EKPHRASIS, images, cinema, theory, media, n°20 (2), p. 195-212. En ligne : http://ekphrasisjournal.ro/docs/R1/20E12.pdf Roelens, C. (2018). Bienveillance et éducation : quelle théorie ? Interpares, n°7, p. 55-63. Roelens, C. (2019). Exercer une autorité bienveillante dans un contexte démocratique contemporain. Reconnaissance et prudence. Éthique en éducation et formation - Les dossiers du GREE (n°6), p. 62-79. En ligne : https://gree.uqam.ca/upload/files/publication/LDG_6_Integrale_2019.pdf Roelens, C. (2019). Figure d’autorité, maître et disciple(s) : Hugo Pratt par Milo Manara, Comicalités (dossier « Représenter l’auteur-e de bande-dessinée »). En ligne : : https://journals.openedition.org/comicalites/3307 Roelens, C. (2019) Entre Nature et Culture : errances et conditions de possibilités de l’Homme et du Monde. Approche herméneutique de la Trilogie du Coup de sang d’E. Bilal, Les Chantiers de la création (n°11). En ligne : https://journals.openedition.org/lcc/1654. ASCL : Publication dans une revue sans comité de lecture Roelens, C. (2019). Féminismes d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui. Neuvième art 2.0, la revue en ligne de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. En ligne : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1230 ACTI : Communication dans un colloque international, publiée dans les actes Roelens, C. (2018). L’autorité bienveillante : individualisme et légitimité. Communication présentée à la Biennale internationale de Philosophie Pratique 2018, « Philosophie en praxis. Le geste philosophique : engagements politiques, éthiques, éducatifs, artistiques », Rhodes. Parution prévue en ligne (actes à paraitre en juin 2019). Roelens, C. (2018). Les connexions démocratiques : influences consenties et légitimité. Rendre l’individu auteur. Communication présentée au colloque international LUDOVIA 2018, « Innovation(s) / institutions(s) du numérique », Ax-les-Thermes. En ligne : http://culture.numerique.free.fr/publications/ludo18/Roelens_Ludovia_2018.pdf Roelens, C. (2018). Autorité de la formation, autorité du formateur : autonomie(s) structurelle, substantielle, individuelle. Communication présentée au Colloque Doctoral International de l'Éducation et de la Formation, Rennes. Publication en ligne des actes à venir sur les sites du CREAD et du CREN. Roelens, C. (2019). Individualisme contemporain et distance : appropriations des technologies numériques et médiation des savoirs. Communication avec actes au colloque international EDUCATION 4.1 ! Distances, médiations des savoirs et des formations, Poitiers. Publication en ligne des actes : https://education4-1.sciencesconf.org/215435/document