Les effets d’innovation pédagogique des classes d’orientation (1937-1939) : compte rendu de la communication de Jean-Yves Seguy

Jean-Yves Seguy est maître de conférences à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne. Ses recherches portent principalement sur les politiques de démocratisation de l’enseignement secondaire dans l’entre-deux-guerres. Il travaille plus particulièrement sur les réactions du monde enseignant (mouvements syndicaux et pédagogiques) aux réformes scolaires.

Dans son introduction, il nous explique le contexte qui a été à l’origine des classes d’orientations, un dispositif innovateur qui a été mise en œuvre de 1937 à 1939. Il récupère des aspects historiques du début du XXème siècle, où il y avait deux réseaux scolaires, un payant et l’autre non-payant, ce qui engendrait l’inégalité sociale. Ainsi l’enjeux du XXème siècle dans l’éducation était de rassembler ces deux systèmes, ce qui a été connu comme le problématique de l’école unique. Des penseurs de l’époque ont commencer à manifester une volonté de justice sociale, ce qui a été le sein le manifeste des Compagnons de l’Université Nouvelle en 1917. Il y a eu quelques expériences limitées dans ce période.

En 1936, Jean Zay devint Ministre de l’éducation. Chargé de cette même volonté de justice sociale et de l’idée de l’orientation scolaire, un projet de loi du Front Populaire sur la sélection du seconde dégrée est approuvé en 1937. Cette ambitieuse loi prévoyait le début du second degré par une année d’études dans une classe d’orientation commune à tous et que l’orientation devrait prendre en compte les familles, l’intérêt générale, le goût des élèves et leurs aptitudes dans la classe. Il y avait trois possibilités d’orientation : classiques, modernes et technique (ce dernier est totalement nouveau).

La thèse défendue dans l’exposé est que les classes d’orientation étaient un lieu d’innovation et pédagogique, générant d’autres expériences éducatives.

Séguy parle des idées fondatrices de la classe d’orientation qui étaient au carrefour de préoccupations institutionnelles et pédagogiques. Il cite quelques facteurs d’émergence, comme l’envie de rapprocher les ordres d’enseignement ; la volonté de justice sociale qui se traduit par la mise en œuvre d’une année commun à tous ; une préoccupation d’orientation par les aptitudes des élèves, ce qui supposait une recherche pour les procédés d’orientation.

A ce moment il y a une nouvelle perception sur les concepts de sélection et d’orientation. Pour le psychologue Henri Wallon la sélection se préoccupe avec ceux qui sont choisis, tandis que l’orientation se préoccupe avec l’ensemble de la population. De plus, il y a un grand débat entre la vision naturaliste (sélection naturelle) et vision scientifique (développement des tests psychologie) de l’orientation.

La valorisation du goût et des aptitudes individuelles va avec une rénovation pédagogique à partir des méthodes actives basée sur les études de la Ligue Internationale de l’éducation nouvelle (LIEN) qui suggérait prendre en compte la manière dont les enfants apprendre (observation des élèves), s’appuyer sur les intérêts de l’élève (mise en place d’une méthode des centres d’intérêt), susciter l’activité de l’élève, prendre en compte la vie de l’élève à l’extérieure de l’école et une collaboration entre disciplines.

Les classes d’orientation ont été mise en place à titre expérimental dans 44 établissements, touchant plus de 4000 élèves. C’est dans la pratique où nous voyons la circulation des savoirs sur les connaissances pédagogiques, puisque le dispositif d’innovation pédagogique et l’ensemble du projet de loi ont mobilisé des outils développés par l’éducation nouvelle. Tout cela est fondé par trois principes : la raison, la justice sociale et l’aptitude. Ce qui nous amène à quatre catégorisations des classes d’orientation :

  • La mise en situation d’activité : le monde doit s’adapter à l’enfant pour qu’il s’adapte mieux au monde ; enseignantes sont les responsables pour diriger les travaux ;
  • L’aménagement de l’environnement scolaire : travailler dans la durée pour que les résultats soient visibles – enseignant doit observer en train d’observer ; liberté de circulation ; enseignant comme conseilleur de travaux
  • L’ouverture sur le monde extérieur
  • La coordination interdisciplinaire : centres d’intérêt

Cette expérience de classe d’orientation met en confrontation le domaine scientifique et le domaine pédagogique, puisque les activités comme observer, noter et tirer les conclusions dépendent de l’expérience pédagogique et de la sagacité des enseignants et non de tests psychotechniques.

Qui plus est, des nouvelles pratiques pédagogiques se mettent en place. Un exemple se passe à partir de l’usage du livret d’observation de Julien Fontègne qui oriente les enseignants à identifier les aptitudes des élèves et qui rassemble à l’actuel livret des connaissances et de compétences. L’autre exemple de nouvelle pratique pédagogique a été pensé par Roger Gal qui recommandait des exercices semblables au test psychotechniques, comme, par exemple, un test de description d’image à partir du bas-relief de François Rude, « La Marseillaise » et que donnait des indices sur les typologies des élèves sur leurs aptitudes, l’élève pouvait être classe comme : objectif, subjectif, intelligent ; superficiel.

Pour conclure, Seguy nous montre que la circulation du savoir peut être perçu par une conjonction politique, sociale, pédagogique et scientifique que se traduit dans la transformation des conceptions scientifiques en pratiques pédagogiques adaptées.

Il rappelle que le dispositif de classes d’orientation a eu une courte vie, de 1937 à 1939, mais qu’il a été l’inspiration pour d’autres expériences pédagogiques comme des « Classes nouvelle » disparu en 1953.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gabriela Valente (21 mai 2020). Les effets d’innovation pédagogique des classes d’orientation (1937-1939) : compte rendu de la communication de Jean-Yves Seguy. Usages et Critiques de l'Innovation Pédagogique. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uy54